Quand les rédactrices(teurs)/stylistes deviennent des stars.

Depuis la sortie de "The September Issue", Anna Wintour, qu'on ne présente plus, n'a jamais autant occupé ce statut de star, dont la notoriété dépasse même le cadre du microcosme mode. En moins de deux ans, celle qui a pour habitude de mettre d'autres personnes en couverture s'est retrouvée à la Une d'une pléiade de magazines à l'instar du glossy INDUSTRIE ou encore du Wallstreet Journal Magazine. Cette célébrité largement plus mainstream qu'auparavant s'applique également aux autres Fashion Editors/Stylists. En effet, les photographes-blogueurs, en photographiant tous leurs moindres faits et gestes, ont ainsi établi une inédite catégorie de peoples qui en quelque sorte fascinent les aficionados de l'industrie, mais peuvent également intriguer ceux qui y sont assez étrangers .Comme Anna Dello Russo, pionnière du mouvement l'a dit : "Il est question de nous, les gens qui travaillent dans la mode. De ce que nous portons, de comment nous nous maquillons, de ce que nous faisons et même de ce que nous vivons...C'est un nouveau phénomène".

 (Anna Wintour en couverture du Wall Street Journal Magazine).

Au départ, dans les années 90, ce sont Naomi Campbell et sa bande d'illustres tops-modèles qui étaient au cœur de l'attention du milieu. Puis, en 2000, les actrices et autres chanteuses ont commencé à être de plus en plus présentes et convoitées. Avec l'avènement des sites comme ceux du Sartorialist ou encore de Tommy Ton (Jak&Jil), on réalise l'influence de rédactrices telles que Emmanuelle Alt. Suite à leur multiples apparitions sur les blogs de street-styles, elles sont devenues encore plus connues que les magazines pour lesquelles elles bossent et les éditoriaux mode qu'elles mettent en œuvre. Ainsi certaines pour avoir des conseils ne vont plus se référer à ce qu'elles peuvent lire dans un MARIECLAIRE ou un GLAMOUR mais iront s'inspirer d'une Elisa Nalin ou d'une Giovanna Battaglia. De plus en plus perçue de l'extérieur comme un divertissement, la mode se trouve dans un contexte de démocratisation. Elle ne se réserve plus forcément à une élite ou une bande de connaisseurs. En plus de ceci, si l'on prend en compte la rapidité de l'information doublée par la facilité d'accès, le constant est vite fait : l'intérêt porté pour ces personnalités auxquelles il est sans doute plus facile de s'identifier, stylistiquement parlant, et qui montre une véritable authenticité par rapport aux mannequins des pages mode ne cesse de croître. En témoigne le groupe facebook, "Lanphearites Unites" créé en l'honneur de la très rock'n'roll Kate Lanphear, directrice créative pour le Elle américain.

 (Giovanna Battaglia, Elisa Nalin, Kate Lanphear).

Toujours grâce aux photos de street-style, la façon dont elles s'habillent semble un peu plus accessible et fait davantage figure d'autorité. De fait, elles sont les personnes à l'origine de ce que l'on peut voir dans les magazines, qui mettent en avant les tendances, voire même qui en décident. Par le passé, les célébrités d'Hollywood et autres fascinaient de par leur style et leurs choix vestimentaires, capillaires, etc...Certes, c'est toujours le cas de nos jours, nonobstant, aujourd'hui leurs looks sont tellement travaillés et pour la plupart pris en charge par des stylistes qu'ils en perdent toute once de naturel et même d'originalité. Ce n'était donc plus qu'une question de temps avec que l'attention se tourne vers les responsables de cette imagerie, ceux qui établissent ses "fameux diktats" mis sous les projecteurs par le biais des stars.

Plus haut, j'ai parlé d'une démocratisation de la mode...En y regardant de plus près, en fait, ce n'est pas la mode qui se fait plus populaire mais plutôt les personnalités qui la "régissent", la font, grâce aux médias. D'une certaine manière, c'est comme braquer le projecteur sur un point bien précis au milieu d'une vaste étendue sombre. Par exemple, si l'on doit se rendre dans les quartiers de Paris affublés d'une étiquette "hype" et interroger un de ses hipsters ou une des ses fashionistas, nombres d'entre eux, bien que n'ayant jamais entendu parler d'elle cinq ans auparavant, diront connaître Carine Roitfeld sans pour autant en savoir plus que çà à-propos de son travail, de l'esthétique qu'elle prône dans le milieu et de ses réalisations. Aussi, avec la multiplication des blogs de gossips ou encore satiriques sur la mode, on constate que les gens sont beaucoup plus intéressés par le processus, les incidents, et les ragots au sein du milieu que par ce qui se passe sur les podiums.

 (Carine Roitfeld : Jak&Jil).

Seulement, il réside une ombre au tableau. Ou plutôt, un danger. A cause de cette sur-médiatisation qui - il faut le dire - leur profite, il y a de fortes chances que l'une après l'autre, elles perdent de l'authenticité qui les caractérisait. D'une part, en étant sans cesse exposées, même si d'un côté, elles n'y peuvent rien, elles finiront par perdre de leur "mysticisme" et donc, à lasser. D'autre part, elles risquent d'entrer dans un engrenage commercial. Anna Dello Russo en est le parfait exemple. Depuis quelques saisons, l'italienne editor-at-large pour le Vogue Japon, ne bénéficie plus de la fraicheur de ses débuts. Au contraire, son omniprésence la rend prévisible et pas le moins du monde surprenante, ce qui laisse un goût amer. Elle en est arrivée au point de considérer cette position de star du street-style comme une seconde profession éclipsant beaucoup trop son travail ; allant même jusqu'à se lancer un parfum...

En définitive, tout est une question de contrôle, de dosage, de subtilité et surtout de garder une certaine distance, un mystère. Et encore une fois, Anna Wintour en reste la reine indétrônable. Jamais elle ne s'arrêtera pour se faire prendre en photo par les street-stylers, jamais elle ne donnera même la moindre impression de le vouloir. Pourtant, à cause de ce qu'elle, de ce qu'elle représente, elle continuera à autant intriguer, fasciner, influencer et garder toute son authenticité justement.


(Emmanuelle Alt : Jak&Jil).

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Appreaciate for the work you have put into the post, this helps clear up a few questions I had.

LOLA a dit…

Le succès et la starification des journalistes et stylistes de mode n'est que le juste retour des choses à mon avis.
Elles ont pour les plus grandes, un impact immense sur le monde (et pas seulement de la mode).
Mais cela me gène dans certains cas: ADR, est devenue comme une Kardashian du milieu de la mode. On a beau la trouver sympathique, moi je ne lui trouve rien. je déplore le fait qu'aujourd'hui, on oublie presque qu'elle a été au VI et encore qu'elle occupe une place importante au Vogue Japon.
D'autres cas aussi sont aussi gênant: le VP qu'on peut critiquer. Depuis le succès de toute l'équipe du VP sur le fashionspot et dans la blogosphère, on a pu s’apercevoir que le style des rédactrices était très présent dans les editos. Si cela n'a pas trop été problématique pour la Roitfeld qui depuis le départ joue sur son style personnel, même style qui lui doit sa nomination à la tête du VP, il n'en va pas de même pour Alt.

Les éditos ou en voit des jeans partout, le masculin féminin et tout le blabla datant de 2003 paraissaient nouveaux. Mais lorsqu'en 2006 elle a commencé a devenir célèbre, on voyait ce style un peu trop souvent..style qu'elle a décliné chez Chanel (la campagne de l'Hiver 2006 pourrait être un édito du VP tellement Alt y a mit de sa personne), Balmain et Marant (Chez Gucci, elle était un peu plus créative).
Cela a beaucoup desservit son travail au VP et aujourd'hui, le VP sous sa direction, semble destiné à ne pas évoluer.

Anna W et les autres sont dans une position différente que les Battaglia ou autres car, elles sont avant tout des journalistes et leurs manières de s'habiller ne se reflète pas tellement dans leur travail. Et puis, elles ont une influence beaucoup plus large qu'une Alt. La Wintour est proche du pouvoir Americain comme Anglais et doit avoir un style d'executive woman plutot que de fashionista.


Très bon article encore une fois Mister Paks

Mélocy a dit…

Très bon article. Je rejoins Lola.

Mister.Paks a dit…

Merci !!

Like Mousse Au Choco a dit…

ce interessant ton blog