Arise Africa Collective Show et l'Arise Afrique-à-Porter : vraiment nécessaires ?

Ça va maintenant faire trois saisons que certains stylistes africains sont invités à New-York à l'occasion de la Fashion Week afin de présenter leurs collections hors de l'Afrique -si je puis dire- et au reste du monde. Récemment une poignée, pour ne pas dire la crème de la crème, de ses stylistes fut invitée à la semaine de la mode parisienne. Tout ceci grâce au soutien du magazine Arise, destiné à la promotion de la culture noire (Mode, Beauté, Art, Musique, Politique)

(Nduka Obaigbena, le big boss d'Arise // Kinée Diouf en couverture du numéro d'Avril).

Jusqu'ici, j'avais toujours admiré cette initiative. Pour moi l'idée que des créateurs africains débordants de talents puissent enfin défiler sur une scène internationalement reconnue ne pouvait être que géniale. Parmi ces "chanceux", on compte mon préféré, le sud-africain David Tlale, la nigériane que j'admire le plus, Lisa Folawiyo, Deola Sagoe, Xuly Bët, Anisa Mpungwe, Clive Rundle entre autres.

(Deola Sagoe à New-York).


Cependant, une question est venue me tarauder l'esprit entre temps : "Quel est finalement l'avantage, le profit que tirent ses stylistes qui se déplacent à Paris ou New-York, pour au final quinze minutes voire moins ?"
D'ici, je connais déjà votre réponse : "Mais, ils gagnent en prestige, en visibilité et en notoriété..". Ok sur ce point on est d'accord. Toutefois, à l'heure où la mode est majoritairement une affaire de chiffres d'affaires et de commerce, ma question vaut la peine d'être posée.

J'ai pour habitude de dialoguer avec A.H qui est une photographe/rédactrice pour une publication mode en Afrique du Sud. En septembre dernier, elle a assisté à ce fameux show, l'Arise African Collective Show. J'ai donc profité pour lui poser quelques questions sur l'évènement en question. Déjà, dans l'audience il n'y avait aucune grandes rédactrices mode, ces mêmes femmes qui ne peuvent se permettre de manquer un seul des shows que je qualifierai de "traditionnels" tels que ceux de DVF, Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, Donna Karan... D'accord, vous allez me dire qu'il s'agit là de designers déjà solidement implantés mais elles sont également des inconditionnelles de Jason Wu et autre Alexander Wang qui sont, soit dit en passant, de jeunes créateurs. Par grandes rédactrices, j'entends bien entendu Anna Wintour, Suzy Menkes, Cathy Horyn et même ATL (lol). Et généralement qui dit Anna Wintour, dit acheteurs (représentants des grands revendeurs de luxe et de vêtements), personnages clés dans le succès d'une collection, donc, d'une marque.

Et voilà où je veux en venir : sans acheteurs, sans personnes qui viennent pour non seulement admirer mais aussi pour engendrer un bénéfice (en achetant bien entendu), comment font-ils les Tlale, Rajah et autres ?? A.H me confia également que quelques temps après le show de New-York, elle tomba sur l'un des stylistes lors d'une fête mondaine au Cap (Afrique du Sud). Elle ne me dit pas le nom, par contre elle me raconta que lorsqu'elle lui demanda si ce passage à la Grosse Pomme avait boosté son commerce, il ne fit que secouer les épaules, l'air dépité. Aussi, à NY quand elle posa la même question à une autre de ces stylistes, celle-ci lui répondit qu'après tout, ils ne sont là que pour s'amuser... C'est un peu comme M.C ,présente au show des stylistes africains à Paris, l'Arise Afrique-à-Porter, qui eut une petite discussion avec Folake Folarin-Coker, DA de la maison nigériane Tiffany Amber. Pour faire court, cette dernière lui expliqua qu'il devait déjà se sentir heureux d'être à Paris et d'y présenter leur création. Il faut préciser que lors de l'Arise Afrique-à-Porter, le Four Seasons Hotel qui l'accueillait était quasiment vide : très peu de personnes présentes pour regarder, encore moins de potentiels acheteurs, et surtout pas de rédactrices relativement influentes. De plus, l'existence de ce show n'a même pas été relayée par les gros médias. Il va s'en dire que je trouve tout ceci absurde et même, permettez-moi, dégueulasse pour de si talentueux créateurs.

(David Tlale, entouré de ses créations. Arise Afrique-A-Porter 2010, Paris).

En fait, je me demande quel est le réel intérêt derrière tous ces défilés "arisiens" ? S'il s'agit d'une opération marketing à l'avantage du magazine, hé bien, un grand bravo à l'équipe chargée des relations publiques car grâce à cela, le magazine gagne sans cesse en notoriété. Mais est-ce vraiment très rentable, financièrement parlant, pour les stylistes qui défilent ? Je ne pense pas que ce soit un bon plan business pour eux que de préparer une collection pendant des mois , -je précise - destinée à l'Occident, qui sera applaudie par le public mais dont ils ne tireront pas le moindre bénéfice.

Après, je concède que mes propos précédents sont un peu radicaux, car en effet quelques stylistes sortent du lot, tels que Lisa Folawiyo (Jewel By Lisa) qui a étendu ses activités aux États-Unis et également à Londres. Nonobstant, une chance pareille n'est malheureusement pas accordée à tous.



(Modèles Jewel By Lisa. Arise Afrique-A-Porter, Paris).


En bref, tous ces défilés organisés par Arise, restent malgré tout de très bonnes initiatives. En effet, ils (m')ont permis de découvrir des talents fous, des génies créatifs estomaquants, une mode africaine : une mode à part entière, qui n'est vraiment pas différente de la mode que l'on voit quotidiennement , mais surtout, a contrario de ce que la pensée populaire peut croire, une mode qui est moderne ET portable. Seulement - je vais me répéter - tant que les grands groupes/magazines occidentaux ne s'y intéressent pas plus, tant que nous-mêmes Africains ne soutenons pas ces créateurs africains (par exemple, au lieu d'acheter une veste d'inspiration ethnique Dries Van Noten sur Net-A-Porter, acheter une toute aussi belle veste Jewel By Lisa ou Ituen Basi sur Myasho.com), tant que les investisseurs, notamment dans le milieu du luxe (ça regorge), africains ne daigneront pas donner plus d'importance à la mode, les choses de bougeront pas.

Alors oui, Arise doit continuer à organiser ses évènement mais seulement en permettant à davantage de stylistes de se produire. Et il faudrait également que les intervenants cités plus haut se BOUGENT... !

8 commentaires:

sinnlighet a dit…

Ahhhh Your blog is wonderful, soo nice to find you! Your pictures are so inspiring and beautiful!

A footprint from

Agneta & Sweden

Luca Belotti a dit…

Very interesting blog...I'm happy that i found it
Please visit my blog and tell me what you think about...and if you want become a follower.
Bye LB

http://lucabelotti.blogspot.com

Bubu a dit…

je parle un peu de francais

Bubu a dit…

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Hello Friend, I love love love your blog, it‘s very interesting!!! I really like your style!! i‘ll visit you many times for sure honey.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Bubu a dit…

I‘d like to invite you to visit my fashion blog:

http://www.mydarlingbubu.com/

Thank you :). KISSES FROM SPAIN

•••HAVE A GREAT DAY•••

eva-christa a dit…

Bon article ;) !!
J'aime ! Ethnique au gout du jour
ca fait du bien c'est vague africaine
on mettait pas tellement en avant les créateurs africains alors qu ils ont du génie et innove beaucoup contrairement a certains createurs occidentaux.

La Bise
www.evachristahiag.blogspot.com

Camzaiiir a dit…

j aime baucoup ton blog parce que tu montre la mode sur tout les etat il n y a pas que les mannequin tout maigre les rondes aussi on le droits de faire leur show franchement ton log est tres cool inrit toi a mon blog stp

Anonyme a dit…

Merci pour le post utile! Je n'aurais pas eu ce le contraire!